Revenir en mode visuel
MODE TEXTUEL
Pour modifier la taille des caractères :
Sur PC : Controle (ctrl) + ou -.
Sur Mac : Commande (cmd) + ou -.
Couleur du Texte :
RougeJauneBleueBlanc
VertNoirVioletOrange
Couleur de fond :
RougeJauneBleueBlanc
VertNoirVioletOrange
Accéder au menu principal - Accéder au menu secondaire - Accéder au contenu


Vous êtes ici : Accueil / Les Communes membres / Manziat / Histoire

Histoire

Sa situation

Manziat occupe à la fois l’extrémité du plateau bressan et une partie en vallée de Saône (zone inondable de la prairie).
Commune située au nord-ouest du canton de Bâgé -le-Châtel, à environ 10km de Mâcon (Saône et Loire) d’une superficie de 1262 hectares, Manziat compte 1883 habitants au recensement de 2008.
Pour protéger la flore (telle la fritillaire) et l’avifaune (tels le courlis cendré, le râle des genêts, le busard cendré…), le Conservatoire du patrimoine naturel Rhône-Alpes, dans le cadre d’une action communautaire pour l’environnement, a développé, en 1992, une campagne de sensibilisation axée sur la prairie de Manziat.

Son histoire

On pense que les hameaux de la Salle, des Pinoux et de Chanfant existaient déjà à l’époque mérovingienne.
C’est à partir de 877 que l’on trouve les premiers documents mentionnant le nom de la commune (Mansiacius, Manzie, Manzia, Mancia, Manziaci, Mansies, Manzieu, Mansiat…puis Manziat).

Suite au traité de Verdun, en 843, nous avons appartenu un certain temps au Saint empire germanique, tandis que la rive droite de la Saône, le Mâconnais, faisait partie du royaume de France.

C’est sous le règne d’Henri IV, en 1600, que la Bresse se trouva réunie définitivement à la France. Tous les actes ont été alors rédigés en français et la commune dépendait de Bâgé en matière de justice.
En 1814, après l’abdication de Napoléon, les troupes autrichiennes campèrent à Manziat et la population locale resta longtemps marquée par cette intrusion en uniformes.

Lors de la dernière guerre, la prairie servit de terrain clandestin d’atterrissage. Baptisé « Aigle », il permit, avec l’aide des résistants, l’envol du Général De Lattre de Tassigny pour Londres. Une stèle érigée en bordure de la route d’Asnières, à proximité du site, ainsi qu’un monument édifié en 1958 le long de la route départementale, en perpétuent la mémoire. (Le Général De Lattre de Tassigny a été élevé à la dignité de Maréchal de France, à titre posthume).
L’église de la commune, construite en 1371 sur l’emplacement d’une ancienne chapelle du Xème siècle, fut en partie reconstruite dans un style néogothique en 1865. Des plaquettes documentées rédigées par les Amis du Patrimoine enrichissent sa visite.

Dans le domaine de l’agriculture, la petite polyculture a laissé place à la culture maraîchère intensive. Aujourd’hui ces nouveaux modes d’exploitation, sur de plus grandes surfaces, mobilisent moins d’hommes. La majorité de la population active travaille désormais à l’extérieur.

Des traces du passé