Revenir en mode visuel
MODE TEXTUEL
Pour modifier la taille des caractères :
Sur PC : Controle (ctrl) + ou -.
Sur Mac : Commande (cmd) + ou -.
Couleur du Texte :
RougeJauneBleueBlanc
VertNoirVioletOrange
Couleur de fond :
RougeJauneBleueBlanc
VertNoirVioletOrange
Accéder au menu principal - Accéder au menu secondaire - Accéder au contenu


Vous êtes ici : Accueil / Les Communes membres / Vésines / Histoire

Histoire

VESINES raconte son histoire…

Au fil du temps, le village dévoile son histoire et ses anecdotes en 22 chapitres, allant du néolithique jusqu’à 2015. Plus de 300 pages et autant de photos et documents couleur recueillent la mémoire de la commune.
Josette Chavy, native du village, a travaillé deux ans pour étudier les nombreuses archives. Elle a interrogé les personnes âgées et collecté des actes , cartes et documentations diverses auprès des familles qui ont volontiers participé à ses recherches." L’Almanach" et les "Echo Paroissial" de l’abbé Bonnard, prêtre à Vésines de 1910 à 1937,ont aussi été une source d’informations très précieuses.
Cette monographie, rédigée avec beaucoup de rigueur, inscrira longtemps le village dans le patrimoine local du Pays de Bâgé.

Le bon de commande du livre est téléchargeable en cliquant sur le document.
Bon de commande livre Vésines - pdf - 32.9 ko

Anciennement appelée Aisne (ou Esnes), Vésines apparaît dans les textes au Xème siècle. Le cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon indique qu’en 946, le roi Louis d’Outre-mer confirme à Cluny divers biens dont « Villam Etiam Eniscum ».

En 1025, le village d’« Eniscum » est devenu propriété des comtes de Mâcon qui le redonnent à Cluny.

Plus tard, la seigneurie est possédée par la famille Vaugrineuse. En 1301, Hugues de Vaugrineuse, chevalier, vend sa terre à Amédée, comte de Savoie. Peu après, elle est inféodée à Henri de Cavannes (1321), puis passe entre les mains de Philippe de Vienne, seigneur de Pymont (1336), de Guy Chevrier (1339) dont le fils la remet à Guillaume de la Baume de Montrevel, seigneur de l’Abergement (1356).

En 1427, Amédée VIII, duc de Savoie, érige la baronie de Montrevel en comté et y réunit divers châteaux et mandements dont celui d’Aisne.

En 1536, jusqu’à la Révolution, les comtes de Montrevel restent les détenteurs de cette terre où ils exercent toutes justices.

En 1669, l’intendant Bouchu présente « Esne » comme « un hameau dépendant de Saint Jean de Priche en Mâconnais qui est de l’autre côté de la Saône et dans laquelle il n’y a ni fief ni hameau. Il précise que le « finage a un quart de lieu de long » et « qu’il n’y a point de commerce que les denrées débitent sur ladite rivière sur laquelle on traverse dans une charrière ». Il fait mention d’une contestation entre les habitants de Vésines et ceux d’Asnières à propos de prés communaux dits du Grand Bois : « Depuis environ 13 années, les habitants d’Asnières s’en sont mis en possession de leur autorité et sans aucun droit légitime ». Enfin, il remarque « il y a nécessité d’une chapelle dans le dit hameau d’Esnes attendu que les fréquentes inondations de la rivière de Saône empêchent les habitants d’avoir la messe les jours d’obligation en hiver par temps des glaces et qui les prive souvent de la consolation spirituelle des sacrements, les curés n’osant s’exposer sur la rivière dans les temps fâcheux ».

L’appellation « Veysine » apparaît pour la première fois en 1679.

Vésines dépendra de Saint Jean de Priche jusqu’au concordat de 1802. Rattachée au diocèse de Lyon à cette date, elle devient paroisse à part entière, sous le vocable de Saint Joseph.