Pause
Accessibilité Version textuel Plan du site Contact Plan d’accès Espace membres
Rechercher...
Vous êtes ici : Accueil / Les Communes membres / Feillens / Histoire
Partager et suivre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ S'abonner au flux RSS Ajouter aux favoris

Histoire

Anciennement village de salaisonniers et de coquetiers, Feillens est une commune en pleine mutation qui a réorienté son développement vers le maraîchage et l’activité artisanale.

Feillens a droit à une petite place dans la grande histoire : dans l’île de la Palme pour moitié, territoire rattaché à la Bresse au milieu de la Saône, se sont déroulés en 842 les premiers pourparlers entre les trois fils de Louis le Débonnaire. L’année suivante, le traité de Verdun fixait la Saône comme frontière entre le royaume de France (rive droite : le Mâconnais) et l’Empire (rive gauche : La Bresse) pour sept siècles et demi.

La Seigneurie de Feillens, dépendant des sires de Bâgé avec Maison Forte a été possédée par la même famille durant 700 ans !

Economiquement, les conditions naturelles sont favorables : des sols fertiles, les ressources de la prairie, la situation sur la route de Mâcon à Pont de Vaux.

La population et le rendement de la taille ont sérieusement progressé en un siècle ; en 1666, il y avait 200 chefs de famille imposés, en 1787, on en compte 467. J.B Riboud remarquait alors « il n’y a pas de familles riches, mais leur industrie les rend presque tous aisés ». Il faut rajouter que nombreux sont les privilégiés qui tirent de substantiels revenus de leurs terres.

Feillens est aujourd’hui un des centres maraîchers importants du Val de Saône.

Au hameau de la chapelle, près de la jolie et sobre petite église rurale, se dresse une croix du XVIème siècle, sorte de calvaire, restauré mais assez altéré ; elle se trouvait auparavant au hameau de Montgrimoux.

Sur la façade de l’église, deux statues anciennes : Saint Pierre et Saint Jean–Baptiste (XVIème siècle).

HAUT